Mon photoreportage sur la production d’amandes

Mon photoreportage sur la production d’amandes

La fin de l’été sonne le temps des récoltes au Québec. C’est la même chose (ou presque!) en Californie. Je suis allée y faire un tour afin d’en connaître un peu plus sur la production des amandes. J’ai joué la photoreporter! Voici ce que j’ai à vous partager.

Vue d’ensemble

Environ 80% des amandes du monde entier pousse en Californie. C’est la saison sèche, comme vous pouvez constater. Tout cela est vert au printemps!

 

J’ai visité l’entreprise Stewart & Jasper.

 

Comme 91% des producteurs, il s’agit d’une entreprise familiale. 

Le verger d’amandes

La saison des récoltes se déroule du mois d’août à la mi-octobre. Nous étions en plein dedans quand j’y suis allée. Le soleil tapait fort, d’où la casquette offerte à tous les visiteurs!

Saviez-vous qu’on appelle cet endroit un verger? Comme pour les pommes. De quoi me sentir au Québec (ou presque)!

Il paraît qu’au printemps, le verger en fleurs est à couper le souffle. C’était très joli en septembre aussi. Voici comment on retrouve les amandes dans l’amandier. Toutes bien enveloppées! 

Lorsque les amandes sont prêtes, on les cueille mécaniquement et non à la main. Fiou, parce qu’avec environ 1000 tonnes d’amandes par acre, ça ferait beaucoup.

Les étapes de la récolte des amandes

ÉTAPE 1: Cette machine saisit le tronc et le secoue pendant 8 secondes, top chrono! 

 

ÉTAPE 2: Après avoir laissé sécher les amandes au sol quelques jours, ce tracteur les rassemble en une rangée, plus facile à ramasser. 

 

ÉTAPE 3: Cet appareil ramasse les amandes au sol. Ne trouvez-vous pas qu’il ressemble à une Zamboni?! 

 

Étape 4: Les amandes sèchent au soleil quelques jours encore, avant d’être acheminées à l’usine de transformation la plus proche.

 

De la coque à l’assiette

L’usine de transformation que j’ai visitée était à moins de 15  km du verger. Cette pile est faite de coques d’amandes. On les a défaites de leur première enveloppe. 

L’amande est enveloppée d’une double couche. La coque, puis l’écale sont ôtées mécaniquement à l’usine.

Ces enveloppes sont récupérées de diverses manières: pour faire du biocarburant, pour renforcer le plastique recyclé, comme terreau pour la culture de champignons, et autres. L’industrie a un objectif zéro déchet.

 

Les amandes sont triées par taille et par qualité. On retire toutes celles qui auraient pu être touchées par des insectes… et parfois quelques insectes qui se sont faufilés!

Ici, on fait une dernière vérification des amandes avant de les distribuer sur le marché ou à des transformateurs.

C’est l’heure de la dégustation. Je suis une fan finie du beurre d’amande et j’y ai goûté au meilleur de ma vie!

 


C’est la Collective des amandes de la Californie qui m’a invitée à cette activité découverte. Elle n’a toutefois pas commandé cet article. J’avais envie de partager l’expérience avec vous, sans oublier mes photos, parce que je m’amuse beaucoup avec mon nouvel appareil!
Contenu similaire
L’érable l’été ( 16 Juil,2018 )