Archives : stephaniecote

Macaroni au fromage 3 ingrédients

LE truc pour un mac’n cheese ultra crémeux: utiliser du lait évaporé en conserve. Il est magique dans cette recette! Le phosphate de sodium (ou phosphate disodique) qu’il contient permet au fromage de mieux fondre et de rester crémeux. C’est un « sel de fonte » qui aide les protéines du fromage à se dissocier (merci à mon amie et collègue Christina Blais pour l’explication!).

J’ai dit « 3 ingrédients », parce que je n’ai pas compté l’eau 😉

Rendement: 3 ou 4 portions

Ingrédients*

  • Lait évaporé: une boîte de 354 ml
  • Eau: 375 ml (1,5 tasse)
  • Macaronis: 225 g (2 tasses)
  • Fromage râpé (idéalement du cheddar fort): 200 g (2 tasses)

*Cette recette se double très facilement.

Préparation

  1. Dans une grande casserole, porter à ébullition le lait évaporé et l’eau. Attention, du lait qui commence à bouillir, ça s’emballe vite! Dès les premiers remous, réduire l’intensité du feu.
  2. Ajouter les pâtes et cuire de 8 à 10 minutes en remuant fréquemment.
  3. Lorsque les pâtes sont al dente, incorporer le fromage. Bien mélanger.
  4. Servir immédiatement, l’onctuosité est à son meilleur!
En savoir plus
Muffins aux bleuets

Des bleuets frais l’été, ou des bleuets surgelés tout au long de l’année, il y en a dans chaque bouchée.

Rendement: 12 muffins

Ingrédients

  • Farine de blé entier: 200 g (1,5 tasse)
  • Sucre d’érable: 70 g (1/2 tasse)
  • Poudre à pâte: 2 c. à thé
  • Sel: une pincée
  • Oeuf: 1
  • Huile de canola: 80 ml (1/3 tasse)
  • Yogourt nature: 75 g (1/3 tasse)
  • Lait ou boisson végétale: 80 ml (1/3 tasse)
  • Zeste d’un citron (optionnel, mais honnêtement, ça vaut le coup!)
  • Bleuets frais ou surgelés: 165 g (1 tasse)

Préparation

  1. Place la grille au centre du four avant de réchauffer à 180 °C (350 °F). Chemiser 12 moules à muffins de caissettes en silicone, ou vaporiser d’enduit antiadhésif.
  2. Dans un bol, mélanger la farine, le sucre d’érable, la poudre à pâte et le sel. Réserver.
  3. Dans un autre bol, à l’aide d’un fouet, mélanger l’œuf, l’huile, le yogourt, le lait et le zeste de citron jusqu’à ce que la préparation soit homogène.
  4. Ajouter les ingrédients secs aux ingrédients liquides et mélanger doucement à la spatule jusqu’à ce que la farine soit bien humectée.
  5. Incorporer les bleuets.
  6. Répartir la pâte dans le moule et cuire au four 30 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre en ressorte propre… ou mauve!
  7. Laisser tiédir avant de démouler.
En savoir plus
Houmous au chocolat

Du houmous au dessert? Oh oui! Au chocolat. Parfait comme trempette avec les fruits, comme garniture sur des rôties ou galettes de riz et irrésistible tel quel, mangé à la cuillère.

INGRÉDIENTS

  • Pois chiches, rincés et égouttés: 1 boîte de 540 ml
  • Bicarbonate de soude: 1/2 c. à thé
  • Lait chaud (ou boisson végétale): 80 ml (1/3 tasse)
  • Poudre de cacao: 30 g (1/3 tasse)
  • Sirop d’érable: 80 ml (1/3 tasse)
  • Beurre de sésame (tahini) ou beurre d’amande: 80 g (1/3 tasse)

PRÉPARATION

  1. Dans une casserole, mettre les pois chiches. Couvrir d’eau froide, et même un peu plus (environ 5 cm au-dessus des pois chiches). Ajouter le bicarbonate de soude. Porter à ébullition et poursuivre la cuisson 15 minutes. Égoutter et mettre dans le récipient du mélangeur.
  2. Pendant la cuisson des pois chiches, verser le lait chaud sur le cacao dans un petit bol. Mélanger.
  3. Dans le récipient du mélangeur électrique ou du robot culinaire, réduire en purée homogène les pois chiches, le sirop d’érable, le beurre de sésame (ou d’amande) et la préparation de cacao.
  4. Garder tel quel ou ajouter une poignée de brisures de chocolat ou de noix hachées avec le mode « pulser », à quelques reprises.

Note: La cuisson dans l’eau additionnée de bicarbonate de soude permet d’attendrir les pois chiches afin d’obtenir le houmous le plus crémeux qui soit. On peut omettre cette étape en mettant tout de suite les pois chiches rincés et égouttés dans le récipient du mélangeur électrique ou du robot culinaire. La texture sera plus épaisse et moins lisse. Quand je le fais ainsi, j’ajoute 60 ml (1/4 tasse) de yogourt nature.

Psst: Ce houmous au chocolat est 5 fois moins sucré que le Nutella, en plus de fournir des protéines et des fibres alimentaires pour rendre des rôties rassasiantes, ce que la populaire tartinade ne peut se vanter de faire 😉

En savoir plus
Brownies au Toblerone

La sublime idée d’ajouter du chocolat Toblerone vient de mon ami et collègue Philippe Grand. J’ai modifié sa recette, même si elle était super bonne, et ça donne ceci. Elle fait l’unanimité chez nous et j’espère que vous l’aimerez aussi.

Ingrédients

  • Beurre: 150 g (3/4 tasse)
  • Chocolat noir, mi-sucré ou au lait – au choix: 150 g (1 tasse de pépites)
  • Oeufs: 3 gros
  • Sucre: 150 g (3/4 tasse)
  • Farine tout usage ou de blé entier: 90 g (2/3 tasse)
  • Cacao en poudre: 50 g (1/2 tasse)
  • Toblerone: 150 g

Préparation

  1. Préchauffer le four à 350 °F.
  2. Au bain-marie ou dans une casserole sur un feu doux, faire fondre le beurre avec les pépites de chocolat. Retirer du feu pour laisser tiédir.
  3. Dans un bol, à l’aide d’un mélangeur électrique, battre les œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange devienne jaune pâle.
  4. Incorporer le mélange d’œufs au mélange de chocolat fondu à l’aide d’un fouet.
  5. Tamiser la farine dans la préparation, et même si c’est de la farine de blé entier, on garde le son retenu dans le tamis pour l’ajouter à la préparation. Tamiser aussi le cacao. Mélanger délicatement à l’aide d’un fouet.
  6. Hacher grossièrement les triangles de Toblerone. Les incorporer au mélange à l’aide d’une spatule.
  7. Mettre du papier parchemin dans un moule carré de 20 cm (8 pouces), et y verser la préparation. Lécher ce qui reste dans le bol 😉
  8. Cuire entre 30 et 35 minutes. Il doit rester un peu de préparation sur la lame d’un couteau inséré en son centre pour que les brownies soient humides et moelleux comme on les aime.
  9. Laisser tiédir avant de couper.

À savourer pour en apprécier chaque bouchée….

Les brownies se conservent environ une semaine à température ambiante. Mais ils risquent de disparaître bien avant.

En savoir plus
Ricotta maison

En plus d’être simple à préparer, c’est le meilleur fromage ricotta que vous aurez mangé de votre vie!

Pour plus d’informations et une recette avec du vinaigre plutôt que du babeurre, voir la vidéo YouTube DIY ta bouffe | Ricotta

Ingrédients

  • Lait entier (3,25% M.G.): 2 litres (8 tasses)
  • Babeurre: 500 ml (2 tasses)
  • Crème 15% M.G.: 250 ml (1 tasse)

Préparation

  1. Dans une grande casserole, verser le lait, le babeurre et la crème. Installer le thermomètre digital ou à bonbons de manière à ce qu’il trempe dans la préparation sans toucher le fond de la casserole.

2. À feu moyen, chauffer jusqu’à ce que le thermomètre indique environ 85 °C (185 °F). Réduire le feu à doux pour maintenir cette température (ça ne doit PAS bouillir). 

3. Laisser reposer sur le feu, sans remuer, environ 30 minutes ou jusqu’à ce qu’un caillé blanc se forme à la surface. Le petit-lait jaunâtre se séparera du caillé comme ceci.

3. Tapisser une passoire avec une étamine (coton-fromage) à 2 ou 3 épaisseurs. Verser le caillé dans la passoire et laisser égoutter de 5 à 30 minutes selon la consistance désirée. Plus il égoutte longtemps, plus il sera ferme. En 5-10 minutes, il est encore crémeux et à mon avis, le meilleur 😉

Conserver au réfrigérateur jusqu’à une semaine.

***********

Un gros merci à Christina Blais de m’avoir enseigné l’art de la ricotta. Pour plus d’informations et une recette avec du vinaigre plutôt que du babeurre, voir la vidéo YouTube DIY ta bouffe | Ricotta

En savoir plus
Chocolat chaud

De quoi aimer (encore plus) l’hiver!

Recette pour 3 tasses. S’il en reste, conservez-le au réfrigérateur jusqu’à la prochaine envie de chocolat chaud, ou buvez-le froid (après l’avoir remué).

INGRÉDIENTS

  • Eau: 1/4 tasse (60 ml)
  • Poudre de cacao: 3 c. à soupe
  • Lait ou boisson végétale: 1 tasse (250 ml)
  • Sucre ou sirop d’érable: 3 c. à thé
  • Vanille: 1 c. à thé
  • Brisures de chocolat: 3 c. à soupe
  • Cannelle, muscade, piment de Cayenne ou cardamome moulue: au goût

PRÉPARATION

  1. Dans une casserole, porter l’eau à ébullition.
  2. Ajouter le cacao et à l’aide d’un fouet, remuer pour délayer la poudre.
  3. Ajouter le lait et le sucre.
  4. À feu moyen, chauffer en remuant fréquemment. Quand la préparation est chaude, ajouter le chocolat et remuer pour le faire fondre.
  5. Ajouter les épices et la vanille. Servir. Napper de mousse de lait si désiré.
  6. À savourer.

Crédit photo: Nourriture photo créé par stockking – fr.freepik.com

En savoir plus
Biscuits aux pépites d’or

Je prédis une ruée vers l’or!

Ingrédients

  • Beurre non salé, fondu : 180 ml (3/4 tasse)
  • Cassonade : 180 ml (3/4 tasse)
  • Œuf : 1
  • Farine tout usage : 375 ml (1,5 tasse)
  • Graines de lin moulues : 60 ml (1/4 tasse)
  • Bicarbonate de soude : ½ c. à thé
  • Pépites d’érables : 125 ml (1/2 tasse)
  • Pacanes, hachées : 125 ml (1/2 tasse)

Préparation

  1. Placer la grille au centre du four. Préchauffer le four à 190 °C (375 °F). Tapisser deux plaques à biscuits de papier parchemin ou d’une feuille de silicone pour la cuisson.
  2. Dans un bol, mélanger le beurre avec la cassonade et l’œuf au fouet jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Réserver.
  3. Dans un autre bol, mélanger la farine, les graines de lin, le bicarbonate de soude, les pacanes et les pépites d’or (d’érable). Incorporer les ingrédients humides.
  4. À l’aide d’une cuillère à crème glacée d’environ 25 ml (1,5 c. à soupe), former des boules de pâte et en déposer 8 sur la plaque en les espaçant.
  5. Cuire au four environ 8 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient légèrement dorés tout autour, mais encore très moelleux au centre. Laisser refroidir sur la plaque.

Note: Le résultat est encore meilleur lorsqu’on fait refroidir la pâte une heure (ou une nuit) au réfrigérateur avant la cuisson.

Merci à l’Érablière au boisé du lac de m’avoir fourni des pépites d’or pour que je crée ces trésors de biscuits!

En savoir plus
Qui prend pays, prend l’épicerie

L’acculturation alimentaire, vue de l’intérieur. Un texte de ma stagiaire en nutrition, Maria Miro.

Regarder un film a un autre goût quand on sait qu’il raconte l’histoire de vraies personnes. C’est pourquoi j’ai décidé de vous parler de mon expérience d’immigration, surtout en ce qui a trait à l’alimentation, et des défis et apprentissages que les immigrants rencontrent.

Qui suis-je?

Je m’appelle Maria Miro, étudiante en nutrition à l’Université de Montréal, une des plus que 50 000 immigrants accueillis chaque année par Québec. En arrivant au Québec, je me suis installée à Montréal, comme la grande majorité des nouveaux arrivants (74 %).

L’immigration est comme une deuxième naissance. On a besoin de s’ajuster en ce qui a trait à tous les aspects de notre vie dans la nouvelle société. Recommencer de zéro consiste à apprendre une nouvelle langue, s’intégrer dans une nouvelle culture, avoir un revenu pour payer les factures et se nourrir, etc. Alors la grande capacité d’adaptation et le contrôle du stress sont les clés pour pouvoir continuer.

L’acculturation alimentaire

En parlant de l’adaptation, avez-vous déjà entendu le terme « acculturation alimentaire »?
C’est la façon avec laquelle l’immigrant intègre les habitudes alimentaires d’un nouveau pays. En d’autres mots, pour moi, ce sont les changements dans mes habitudes alimentaires traditionnels suite à mon immigration.

Voici quelques aspects de l’alimentation au Québec qui sont différents de mon pays d’origine, la Syrie :

  • L’abondance de nourriture accessible à la population, des aliments frais et transformés, connus ou jamais vus, le nombre de marques présentes sur le marché, etc.
  • Plusieurs aliments traditionnels sont indisponibles ou ont un goût modifié.
  • L’abondance des repas pré-préparés, des desserts et des pâtisseries.
  • La grande consommation de protéines animales qui sont faciles à obtenir et moins chères.
  • Le changement dans l’horaire des repas.

L’immigrant peut soit bénéficier de cette abondance alimentaire, soit il peut avoir des effets négatifs à long terme. Cela dépend de la façon dont il intègre ces nouvelles habitudes alimentaires dans sa vie.

Les avantages de l’abondance alimentaire :

  • Certains immigrants arrivent au Québec avec des problèmes de santé, comme la carence et la malnutrition. Alors, l’adoption de cette diète nord-américaine peut corriger leurs carences.
  • Les immigrants ont la chance d’avoir accès à des repas multiculturels de plusieurs régions du globe.
  • L’abondance de nourriture nous permet d’avoir accès à des repas préparés de bonne qualité, ce qui nous permet d’économiser un peu de temps.

Les désavantages de l’abondance alimentaire :

  • L’alimentation nord-américaine est généralement riche en protéines, en lipides et en calories. De plus, elle est plus pauvre en fruits et légumes et en fibres que les régimes antérieurs de plusieurs immigrants.
  • Les immigrants vivent beaucoup de stress en continu surtout à cause du manque de temps et d’agent. Cela les encourage à manger plus d’aliments prêts et à manger et dans les restaurants.
  • Augmentation de taux d’obésité et de risque d’avoir des maladies chroniques.

S’adapter

En revenant à mon histoire personnelle, je trouve que la meilleure façon de s’intégrer est de préserver les saines habitudes alimentaires traditionnelles et d’adopter les aspects bénéfiques de l’alimentation en Amérique du Nord. Par exemple, maintenir l’habitude de manger des protéines végétales et de cuisiner des mets traditionnels santé. En même temps, profiter de la chance de manger des repas multiculturels et d’augmenter la variété des fruits et légumes.

Plusieurs organismes communautaires font des activités pour faciliter l’intégration des immigrants. L’un des outils utilisés est la cuisine collective. Elle a pour but de briser l’isolement, de faciliter l’apprentissage du français et de cuisiner des plats nutritifs multiculturels.
Voilà quelques organismes communautaires qui font de la cuisine collective : Le Dauphin de Laval, Centre Afrika, Airsom-prisme, 211 grand Montréal, le regroupement de cuisines collectives du Québec.

Finalement, oui, immigrer à un nouveau monde m’a demandé beaucoup d’efforts et d’adaptation. D’un autre côté, j’ai gardé une vision positive des choses et j’avais un plaisir de vivre et de découvrir. Cela a sûrement facilité mon intégration et m’a aidé à prendre le meilleur des deux mondes pour commencer ce nouveau chapitre de ma vie.

En savoir plus
Galettes toutes garnies à l’érable

Toutes garnies et bonnes en tout temps: déjeuner, dessert ou collation.

Rendement: 20 galettes

Ingrédients

  • Poires (pas trop mûres): 2, râpées
  • Carottes: 2 grosses, râpées
  • Œufs, battus: 2
  • Sirop d’érable: 1/2 tasse (125 ml)
  • Flocons d’avoine à cuisson longue: 3 tasses (300 g)
  • Cannelle moulue: 1 c. à thé
  • Piment de la Jamaïque (tout-épice ou allspice): 1/2 c. à thé
  • Gingembre moulu: 1/2 c. à thé
  • Pacanes: 1/2 tasse (55 g), hachées
  • Raisins secs: 1/2 tasse (75 g)

Préparation

  1. Préchauffer el four à 350 °F (180 °C).
  2. Dans un bol, mélanger les poires, les carottes, les œufs et le sirop d’érable.
  3. Dans un grand bol, mélanger les flocons d’avoine, la cannelle, le piment de la Jamaïque, le gingembre, les pacanes et les raisins.
  4. Incorporer la préparation humide aux secs, et laisser reposer 10 minutes à température ambiante.
  5. À l’aide d’une cuillère à soupe ou à crème glacée, déposer 20 boules de pâte d’environ 2 cm d’épaisseur sur deux plaques de cuisson tapissées de papier parchemin ou feuille de silicone. Aplatir légèrement pour former des galettes. On peut aussi déposer la préparation dans des moules à muffins (environ la moitié de la hauteur) et bien presser.
  6. Cuire au centre du four de 20 à 25 minutes ou jusqu’à ce que les galettes soient dorées.

Conservation: une semaine à température ambiante ou 2 mois au congélateur.

En savoir plus
Jujubes maison

Pour le plaisir! Deux versions à trois ingrédients seulement.

JUJUBES À L’ÉRABLE

Ingrédients

  • Sirop d’érable foncé: 1/3 tasse (80 ml)
  • Eau: 1/4 tasse (60 ml)
  • Gélatine en poudre: 1 enveloppe de 7 g

Préparation

  1. Mélanger le sirop d’érable et l’eau dans une petite casserole.
  2. Saupoudrer la gélatine sur le mélange. Ne pas remuer. Laisser reposer 10 minutes.
  3. À feu moyen, chauffer la préparation jusqu’à ce que la gélatine soit complètement dissoute.
  4. Verser dans des moules à bonbons/chocolat ou à mini-muffins en silicone.
  5. Réfrigérer pendant 2 heures.
  6. Démouler.
  7. Partager et déguster!

JUJUBES AUX FRUITS

Ingrédients

  • Jus d’orange (ou jus au choix): 1/2 tasse (125 ml)
  • Gélatine en poudre: 2 sachets (14 g)
  • Sirop d’érable clair: 1/3 tasse (80 ml)

Préparation

  1. Verser le jus dans une petite casserole.
  2. Saupoudrer la gélatine sur le jus. Ne pas remuer. Laisser reposer 10 minutes.
  3. Ajouter le sirop d’érable au jus. À feu moyen, chauffer la préparation jusqu’à ce que la gélatine soit complètement dissoute.
  4. Verser dans des moules* à bonbons/chocolat ou à mini-muffins en silicone.
  5. Réfrigérer pendant 2 heures.
  6. Démouler.
  7. Partager et déguster!

*Note: Si on n’a pas de moules, on peut utiliser n’importe quel plat. Il suffit de couvrir l’intérieur d’une pellicule plastique et de la huiler légèrement. On verse la préparation, puis on place au réfrigérateur. Elle prendra environ 3-4 heures pour refroidir complètement et prendre en gelée.

En savoir plus
1 2 3 15